Forum de discussion Narcotiques Anonymes

Les propos échangés sur ce forum sont l'expression d'individus. Ils ne représentent ni n'engagent, en aucun cas, Narcotiques Anonymes.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Tout contributeur s'engage à respecter la charte des utilisateurs du forum de discussion, le guide de bon usage du forum et la netiquette.

#1 04 09 2016 00:32:10

naturalmistic
Membre

Psychologie et Rétablisemment

Cette article m'a aidé, ci ça peut aider quelqu'un ;-)

                                                                                  L'intellectualisation comme mécanisme de défense


                                       L'intellectualisation est définie  comme le processus par lequel le sujet cherche à donner une formulation rationnelle et logique à ses conflits et à ses émotions de façon à les maîtriser.
De manière générale, l'intellectualisation est une utilisation défensive de l'intellect afin de mettre à distance le pulsionnel. Avec l'intellectualisation, le névrosé obsessionnel cherche à se rendre maître de représentations obsédantes et s'épuise dans une activité intellectuelle aussi intense que creuse, s'obligeant contre sa volonté à scruter et à spéculer comme s'il s'agissait de ses affaires vitales les plus importantes (Sophie de MIJOLLA-MELLOR).

"... le patient est toujours raisonnable et refuse de pactiser avec la logique particulière des émotions ;(...) le patient est sans cesse plongé dans un monde obscur d'émotions, sans pourvoir s'en libérer (...)". Cet auteur souligne l'équivalence intellectualisation-résistance.


                                      Pierre JANET décrit cette intellectualisation dans la forme particulière d'un travail de la pensée douloureux et incessant, pouvant prendre la forme extrême que les psychiatres appellent la "rumination intellectuelle". 
Selon Sigmund FREUD, l'intellectualisation obsessionnelle n'est pas un gage de développement de l'activité de pensée, car celle-ci est détournée à des fins de combat contre le pulsionnel et bien souvent, lorsque le refoulement a pris le dessus, elle s'efface ensuite.
                                        Il décrit cette véritable affection comme un combat qui fait rage dans les couches profondes et qui n'a pu être mené à son terme par une rapide sublimation et identification.

                                     Serban IONESCU définit l'intellectualisation comme le "Recours à l'abstraction et à la généralisation face à une situation conflictuelle qui angoisserait trop le sujet s'il reconnaissait y être personnellement impliqué."
Parmi les auteurs, finalement pas très nombreux qui évoquent l'intellectualisation, ils citent E BÖHM, qui l'évoque pour la vie quotidienne chez des jeunes intellectuels qui cherchent la maîtrise de leurs angoisses "à l'aide d'une vaste intellectualisation de leurs affectent" qu'il propose de nommer névrose de cérébralisation. Egalement MUCCHIELLI, qui précise que l'affect est alors transposé en idées. SANDLER & Anna Freud, qui souligne qu'il s'agit de "considérer les choses dans l'abstrait, dans des généralités qui sont à distance de soi-même" et RAUSCH de TRAUBEBERG et BOIZOU pour qui "il y a substitution de la connaissance, de la logique et de l'objectivité à tout ce qui est émotion et pulsion".

                                     Si toutes ces définitions recoupent celles du DSM III-R qui présente l'intellectualisation comme un "mécanisme par lequel la personne s'adonne à des pensées exagérément abstraites pour éviter d'éprouver des sentiments gênants" et du DSM-IV qui la caractérise par une "utilisation excessive de pensés abstraites ou d'une tendance à la généralisation",
                                    Anna FREUD  a une optique assez différente. Pour cette dernière, l'intellectualisation est une défense spécialement adolescente, les adolescents transformant volontiers leurs problèmes personnels en problèmes mondiaux.  Et elle constitue un processus positif et courant, s'il ne s'éternise pas,

                                    Anna FREUD fait bien la différence entre l'intellectualisation défensive propre à l'adolescence et l'intellectualisation, qui, selon elle, "résout le problème réel" et qui n'est donc pas stérile
Mais, une fois ces "réserves faites", Serban IONESCU et ses collaborateurs, en accord d'ailleurs avec les écrits d'Anna FREUD, disent qu'il "faut bien admettre que l'intellectualisation est une défense dangereuse (...° qui peut tourner à l'obsession, à la rumination stérile.
                                    Ils évoquent les études de DEUTSCH où il relève trois types d'intellectualisation, où "l'analyse s'est révélée particulièrement difficile", car les patients obtiennent de leur défense un "gain secondaire" de satisfaction narcissique et ont d'autant moins de raison de renoncer à ce mode de défense":

- Des intellectuels qui, à partir de la sublimation, se sont forgé des résistances inattaquables ;

- Des névrosés obsessionnels ;

- Des patients présentant des affects bloqués ou perturbés qui, ayant refoulé le côté affectif de leur vie, ont retenu le côté intellectuel comme seul moyen d'exprimer leur personnalité psychique.

                                  J Christophe PERRY et ses collaborateurs, définissent l'intellectualisation, comme l'action du sujet qui répond aux conflits émotionnels ou aux facteurs internes ou externes par un usage excessif de la pensée abstraite, pour éviter de ressentir des sentiments dérangeants.
En ce qui concerne la fonction, "l'intellectualisation est un mécanisme de défense contre les affects ou pulsions dont la représentation reste consciente et s'exprime par une généralisation, détachant ou distançant ainsi le sujet de l'affect ou de la pulsion.
                                  La qualité émotionnelle est perdue, ainsi que le caractère impérieux de la pulsion. Les éléments cognitifs restent conscients, mais en termes impersonnels ou sous forme de généralisations. le sujet se réfère souvent à son vécu en termes très généraux ou à la seconde ou troisième personne.

                              Il n'est pas nécessaire d'être intelligent (nous serions tenter de réagir...) pour faire appel à l'intellectualisation. Il ne s'agit que d'une stratégie cognitive (qui demande, selon nous, tout de même des ressources...) destinée à minimiser l'importance ressentie des problèmes rencontrés au cours d'une vie affective.
                               

L’article complet ici;
http://www.leconflit.com/article-l-inte … 45471.html


Mille fois est jamais suffisant

Hors ligne

#2 04 09 2016 12:42:20

letsgo
Nouveau membre

Re : Psychologie et Rétablisemment

merci

intéressant effectivement.


Le possible n'est pas loin du nécessaire (Pythagore)

Hors ligne

#3 09 09 2016 09:31:08

naturalmistic
Membre

Re : Psychologie et Rétablisemment

Interessant tout comme le pamphlet "La non acceptation de soi" petit flyer gratuit disposé sur les tables dans les groupes.
Pas simple de saisir ce texte au premier abord.
Perso je l'ai vu durant huit ans en réu, parfois lu vite fait comme ça pour passé le temps, sans vraiment en saisir grand chose;
Il me semble que l’essentiel de la littérature de NA soit une vulgarisation de travaux de psycho.
Apres c'est à chacun d'aller plus loin ou pas.

j'ai étais tres fermé à tout cela parce que "moi je" et "oui mais". Aussi je n'ai pas fais d'étude, j'avais 14 ans en CM2 puis CPPN et hop! au boulot! 
Comme on dit dans les salles; pas facile de greffer une idée nouvelle dans un esprit fermé.

Bonne 24


Mille fois est jamais suffisant

Hors ligne

#4 18 09 2016 18:37:25

naturalmistic
Membre

Re : Psychologie et Rétablisemment

Y a t'il une possibilité que mes problemes ne découlent pas tous de la maladie de la dépendance?

J'avoue avoir commis une erreur lors de mon premier clean; Huit années où beaucoup de choses ont été rétabli, dans différents domaines de la vie.
Des changements profonds et parfois inattendus mais toujours tres positifs; je sais que ceux et celles qui travaillent leurs étapes régulièrement comprendront.

Devant tant de résultats, difficile de ne pas croire, penser et pourquoi pas imaginer que le programme de NA pourrait  réparer tous les domaines de sa vie.
J'ai 47 ans et n'avais consulté aucun psychologues de toute ma petite vie. j'étais convaincu que "c'était un truc de blancs" de consulter, tout comme avoir l'idée de sauter en parachute ou d’aller sur la lune; je ne suis pas raciste, je manque juste d'ouverture d'esprit parfois. :-)

J'ai donc travaillé et partagé les 12 étapes de NA sur le guide, la maltraitance y est clairement abordée en quatrieme étapes sous l'intitulé "La Maltraitance".
Dans ce paragraphe seulement 3 questions sur les mauvais traitement subi.
Trois questions pour répondre de 15 ans de maltraitances, trois questions pour huit ans de clean....ça me fait de la peine quand j'y pense :-(

Je consulte donc depuis quelques mois, depuis ma rechute en fait; Dés lors, certains de mes comportements déviants, accrochés à ces huit ans de clean m'ont été ôté au bout de quelques séances seulement....comme par magie!
Vous savez ces comportements douloureux comme un cailloux dans sa godasse, pour lesquels on écrit une premiere étape, voir plusieurs avec l'espoir qu'elle nous libere comme elle nous a libéré de la drogue, mais en vain.

La maltraitance qui m'a fait le plus mal n'est pas celles dont j'arrivais à parler(mère alcoolique et volante), mais celle dont je ne parlais jamais, celle dont je me répétais que ce n'était pas grave (pris en otage dans la BNP de Mantes La Ville à 15ans lors d'un hod-up).
Bien sur je n'ai eu aucun suivi d'aucune sorte apres ces événements, jusqu'à il y a 8 mois.
La ou le résultat du programme a porté ses fruits, c'est dans sont pouvoir de "nettoyage", de déblayage, ou comme on entend dans les salles, " retirer les couches d'oignons pour en atteindre le coeur."

Aujourd'hui je peux dire que mes difficultés ne découlent pas toutes de la dépendances; certaines de mes difficultés découlent de la maltraitance. La maladie de la dépendance n'est pas la hotte du père-Noel dans laquelle je peux tout y foutre.
je vais aussi tenter de sauter en parachute cette année, pour la lune on va attendre un peu! ;-)     

Merci à "ma" psy.


Mille fois est jamais suffisant

Hors ligne

Pied de page des forums