Forum de discussion Narcotiques Anonymes

Les propos échangés sur ce forum sont l'expression d'individus. Ils ne représentent ni n'engagent, en aucun cas, Narcotiques Anonymes.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Tout contributeur s'engage à respecter la charte des utilisateurs du forum de discussion, le guide de bon usage du forum et la netiquette.

#1 01 09 2015 21:38:56

naïs
Membre

Passé douloureux et questionnements ?

Je me pose certaines questions concernant mon vécu et la manière ou pas de le partager chez N.A.
Je sais qu'il n'y a aucune obligation de la manière de le faire ou pas.
Est-ce que le fait d'en parler, alors que j'en n'ai déjà parlé une fois dans une grande réunion et qu'il m'a fallut beaucoup de courage pour le faire. La réaction des personnes présentes a été formidable, et surtout ce que je craignais très respectueuse. Et, je ne doute pas qu'elle le serait encore.
Ce que j'ai peur c'est d'être stigmatisée, que les personnes se souviennent de moi en premier que par cet acte odieux qui a été commis sur moi par mon père, et que je n'ose même pas nommé par son nom sur ce site.
Parce que je sais que ce propos peut choquer les esprits, et j'aimerai que l'on retienne de moi, non l'acte mais la personne que je suis devenue aujourd'hui. Et puis, si je parle du comportement qu'a eu ma mère et tout cela avant l'âge de 4 ans. Et bien, les réactions sont que je suis une héroïne, et même quelqu'un m'a dit: la réincarnation d'un grand maître spirituel. Même si ça partait de bonnes intentions, je n'ai pas appréciée d'être comme idéalisée, comme une sorte de figure du martyre triomphant du mal.
Je suis une survivante comme d'autres chez N.A ou hors de N.A.
En même temps, mon parcours de vie pourrait aider et donner l'espoir à d'autre et montrer que même si le pire est arrivé, il est possible de rester clean un jour à la fois.
Mais en fait, en m'entendant une personne complètement en morceau par un passé similaire, s'est effondrée et attendait que je puisse la soulager de ses souffrances, et j'étais bien incapable de pouvoir écouter l'horreur qu'elle avait vécu car j'avais assez de la mienne. Je précise que je vais fêter bientôt mes 13 ans de clean, et que je ne sais pas dans ces conditions si il est préférable de ne pas le faire car je me vois mal, passer outre toute la part de mon enfance qui a été la cause principale de ma plongée dans la toxicomanie.
Et je précise qu'aujourd'hui, je voudrais pouvoir passer au présent et ne plus revenir sur ces terribles années.
Je trouve que rien n'est simple, et j'aurai besoin d'avoir des avis que vous ayez ou pas un passé traumatisant, et je voudrais rajouter qu'actuellement je souffre encore de symptômes post-traumatique mais que ceux-ci ne sont plus aussi sévères qu'auparavant.
Bonne 24 heures

Hors ligne

#2 02 09 2015 23:37:51

tiger
---

Re : Passé douloureux et questionnements ?

naïs: "...Et je précise qu'aujourd'hui, je voudrais pouvoir passer au présent et ne plus revenir sur ces terribles années."

Au niveau de l'écriture des étapes, où en est-tu? Mon passé je l'ai digéré et accepté grâce aux étapes et au temps...
Et en réunion  je ne partage pas forcément tout, j'ai mon parrain et ma PS pour cela.

Hug

#3 03 09 2015 03:22:00

Peter
Membre

Re : Passé douloureux et questionnements ?

Merci pour ton partage naïs.

Pas facile de repondre parce que ça me touche - aussi survivant.
Je ne veux pas donner des conseils et je ne parle que de moi ou pour moi.

Pas facile aussi parce que les consequences de l'incest, de l'abus font part des choses qui sont difficile à discuter dans un forum public.
Je ne discute pas tout les details de ma dependance ici non plus.

Quand je partage mon parcours le contenu ca depend - du public, de la situation, du theme, mon humeur, ma confiance, mon courage...
Ca ne veux pas dire que c'est n'importe quoi et que je triche. Je veux être honnêt mais quelque part pour ça aussi je dois respecter l'autre. 
Cette partie de ma vie peut être "une enfance difficile", mon resenti actuel à raport de l'abus, la vie familiale à l'epoque, un aspect de ma
façon de penser lié à mon vecu,...
Il y a des choses que je ne peux partager que avec des amis NA, et autres que avec d'autres survivants. Meme si il y a des liens entre les
deux, pour moi ces sont des  conditions differentes, je dois travailler les deux, l'un ne solutionera pas l'autre
Il y a toujours des symptomes de moins en moins grave, moins permenants mais bien je suis aussi toujours dependant.
En retablissement wink

Big Hug Peter

Mes trois cadeaux du retablissement les plus grands defini ce soir:
La relation (re)trouvé avec mes trois enfants, aujourd'hui je peux travailler sur les consequences de mon enfance et je suis clean ce soir

Hors ligne

#4 03 09 2015 11:09:02

naïs
Membre

Re : Passé douloureux et questionnements ?

Merci de vos réponses,
Ma marraine ne s'occupe pas de ce problème spécifique liée à mon enfance, je vais vous une professionnelle formée en traumatisme, comportementaliste et neurologue.
Et c'est mieux ainsi car c'est une médecin, elle peut toute entendre même le plus terrible, comme cela je m'adresse à la bonne personne, et je respecte la sensibilité comme je l'ai toujours fait des personnes proches ou non.
Je vais plutôt bien, et ma santé me permet à présent de pouvoir faire des projets et de les mettre en place.
Je profite de la vie, et j'ai de nombreux amis au sein de N.A.
De par mon expérience, je sais et je l'ai fait encore dernièrement pu aider une personne.
J'ai accepté de le faire car cette personne s'est se prendre en main suffisamment. Je dois savoir néanmoins et je dirais malheureusement que je peux pas aider des personnes qui seraient dans de trop grandes souffrances, pour cela, il y a des médecins.
Parfois même eux sont dépassé puisqu'un psy m'a demandé d'aider une de ses patientes au-niveau de son passé d'enfant abusé.
J'ai crû rêver...Evidement, j'ai refusé.
J'ai porté une bombe émotionnelle prête à exploser à tout moment, et je suis parvenue à la désamorcer.
Et je me sens nettement plus légère.
Je pense que dans mon cas, si on peut tourner cette page de l'histoire, c'est une bénédiction, et je vais certainement faire  un partage "tranquillou". Et surtout penser à moi, et pas à toutes les éventuelles personnes  dans la salle qui se sentiraient moins seuls du fait que j'en parle. Parce qu'en vérité, j'aimerai briser cet loi du silence qui enferme les victimes dans la honte et la culpabilité.
Félicitations à tout les rescapés du naufrage, et big big hugs
Et à ce fantastique papa qui se découvre enfin, quel bonheur pour toi !

Hors ligne

#5 30 12 2015 16:16:59

Sayver
Nouveau membre

Re : Passé douloureux et questionnements ?

Bonjour,

je lis ce forum pour trouver de la force et d'inspiration pour combattre ma dépendance. Je ne sais pour le moment comment parler de mon trauma.

Oui, c'est vrai que ça resait humiliant pour moi. Je ne suis pas prête de m'exposer, de me montrer victime, vulnérable.

Mais d'autre part, si je n'explique pas mon passé, mon comportément semble louche aux personnes qui m'entourent maintenant et qui ne sont pas au courant de mon passé. Et encore, si je m'explique, j'ai peur d'être rejettée. Mais je ne veux pas rien cacher de ceux qui m'aiment. il est difficile de trouver la balance...

Hors ligne

#6 09 02 2016 22:24:59

naïs
Membre

Re : Passé douloureux et questionnements ?

Bonjour Sayver, merci pour ton compliment concernant mon poème et désolée suis pas revenue depuis un moment sur le forum d'où mon silence.
Je ne peux parler que de ma propre expérience et il vrai que le temps a fait que mon trauma est moins douloureux car je suis moins dans les émotions et plus dans la raison même si ça reste douloureux, je me sens beaucoup plus forte face aux autres, et je ne crains plus certaines réactions qui m'auraient si elles avaient eu lieues blessées très fortement. Maintenant, je me sens capable d'affronter le monde (pas tout le monde) parce que je n'ai pas besoin non plus que tous le monde soit au-courant de l'inceste que j'ai subi. En tout cas, la honte et l'humiliation m'ont quittée, je ne me sens plus sale à l'intérieur et mon corps n'est plus un objet de douleur. J'ai beaucoup travaillé sur l'inconscient et sur le "comment une fillette de 4 ans a du faire face à ce moment-là" et donc en comprenant sa logique avec les moyens qu'elle avait a sa disposition à cet âge  là, j'ai pu en résumé réécrire l'histoire avec ma raison et ma vision d'adulte. J'ai aussi fouillé dans l'histoire de mon père et son psyché d'enfant lui-aussi abusé pour comprendre le schéma familial destructeur à l'œuvre. Chaque vécus a sa propre histoire de famille et l'inceste touche comme souvent dans la maladie de la dépendance différent niveaux ou noyaux familiaux. C'est difficile pour moi de donner des conseils ou des suggestions concernant ce sujet car malgré ce que j'ai vécu je ne suis pas une spécialiste des traumas de l'enfance. J'ai surtout fait des recherches sur internet pour comprendre un grand nombre de mes problèmes car je n'ai pas trouvé de réels aides à l'extérieur, en tout cas pas suffisamment. Concernant l'entourage, il m'apparaît primordial que tu puisses être soutenu, pour ma part au début ce ne fut pas facile pour eux, mon entourage n'était pas vraiment prêt à entendre "ça". Et puis après se fut moyen. Mais le pire aurait été qu'ils mettent ma parole en doute et heureusement ils ne l'ont pas fait car évidement je n'avais aucune preuves à fournir, que ma parole. Ma parole, les mots que je n'avais pu prononcer, la guérison commence par des mots, mettre des mots sur sa souffrance. Voilà, le seul conseil que je pourrais te donner, et le deuxième et si possible de choisir une bonne personne pour le faire, qu'elle soie de ton entourage ou pas. Et je vois une psychologue, elle a pu m'aider dans un premier temps, le temps ou je me trouvais en état de panique. Maintenant, je la vois moins car j'ai appris à être ma propre soignante avec l'aide d'une puissance supérieur d'amour. La bonté dont elle me fait bénéficier et la clairvoyance (la lucidité) me permet d'avancer un jour à la fois sans avoir l'envie de consommer. Je peux me reconstruire et renoncer à me détruire.  Courage à tous ceux qui souffrent, la souffrance s'estompe peu à peu, et je vois la lumière. Je la vois si bien que presque chaque jour, je remercie le ciel d'être en vie. Evidement les échos du passé sont légions et viennent résonner sous formes de fortes émotions comme la colère ou la tristesse alors j'ai de la chance car je ne travaille pas donc j'ai le temps car  il faut du temps pour guérir et comprendre un moi-profond aussi cruellement atteint dans son enfance.
Big hug

Hors ligne

Pied de page des forums