Forum de discussion Narcotiques Anonymes

Les propos échangés sur ce forum sont l'expression d'individus. Ils ne représentent ni n'engagent, en aucun cas, Narcotiques Anonymes.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Tout contributeur s'engage à respecter la charte des utilisateurs du forum de discussion, le guide de bon usage du forum et la netiquette.

#1 14 02 2016 22:11:24

naïs
Membre

Le jugement

Une réflexion m'est venue sur le jugement. Si nous étions dans un monde ou j'aurai suivi une voie toute tracée de dépendante active.
Qui serais-je aujourd'hui ? Et quel aspect physique et quel intellect ?
Et bien, je peux très bien répondre à cette question, je serais à plus de 20 ans environ de prise de méthadone (et pas seulement), cette substance me rendant accro au sucre, j'aurai donc 20 kilos de plus.
Je serais bouffie, usée par mon mode de vie, avec peu de réflexion sinon "comment me procurer plus de drogue".
Et les seul "amis" ou plutôt connaissance feraient partie des marginaux. Je ne travaillerai certainement pas, et aurait besoin de l'aide social. De "ces amis" instables tout comme moi, j'en retirerai peu d'affect ce qui me rendrait aigrie. Je n'aurai aucune place dans cette société alors plutôt que de me sentir méprisé, je la mépriserai en ne regardant que le mal qu'il peu y avoir, et je justifierai ma consommation de la sorte en étant de plus en plus isolée et aigrie.
Et je ne pourrai échapper à tous un tas de gens, service sociaux et autres qui me jugeraient en pensant, c'est le résultat de la vie qu'elle a mené et non c'est le résultat de la vie ou d'une maladie.
Et je peux très bien croiser une personne comme celle que je viens de décrire, c'est moi si je n'avais pas pris soin de moi.
Parce que j'étais déjà à 35 ans dans ce cas de figure, alors 22 ans plus tard, c'est facile de comprendre l'addition.

J'ai opérais un tel changement physique et intellectuel que lorsque je croise d'anciens et rares survivants des années 80, je les reconnais mais eux pas car de toute façon ça fait longtemps qu'ils ont décroché du monde. Pour moi, ils ne sont pas invisibles, ils sont le reflet de ce que à quoi j'ai échappé. Ils sont comme des morts-vivants qui regardent leurs pieds en marchant.
C'est dingue quand même, j'aurai pu vraiment être l'un d'entre-eux si j'avais pas croché à N.A.
Le jour et la nuit.
Après pareil réflexion et de savoir toutes les souffrances qui sont liées à la conso pour les avoir vécu suffisamment, c'est plus difficile de juger qui que soit sur son mode de vie.
Evidement, qu'il y a des gens qui se rétablissent à tous âges dans les salles et qui ne ressemblent pas du tout à ce que je viens de décrire, et heureusement ou d'autre qui récupèrent incroyablement par rapport à quand ils sont arrivés pour la première fois chez N.A. Et j'ai vu de mes yeux des dizaines de ces miracles.
Des personnes que la psychiatrie avaient condamnées et mis des étiquettes irrémédiables. Donc, c'est pas que je suis en train de dire la même chose, je veux parler juste et surtout de moi, si...
Bref, j'ai été une élève assidue du programme et je continue, c'est presque un miracle mais pas vraiment puisque j'ai tout donné à N.A. d'abord ma tête puis après mon cœur.
La voie spirituelle, moi qui était une hérétique absolue, ma ouverte  sur l'espoir, sur le partage, la bonté, et l'amour.
Bonne 24 heures à tous
Hug

Hors ligne

#2 06 05 2016 00:43:43

Sophie des isles
Membre

Re : Le jugement

Merci pour ce partage Nais.


Nous trouvons notre vraie valeur en étant nous même

Hors ligne

Pied de page des forums