Forum de discussion Narcotiques Anonymes

Les propos échangés sur ce forum sont l'expression d'individus. Ils ne représentent ni n'engagent, en aucun cas, Narcotiques Anonymes.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Tout contributeur s'engage à respecter la charte des utilisateurs du forum de discussion, le guide de bon usage du forum et la netiquette.

#1 07 11 2016 00:09:20

naïs
Membre

Il suffit d'y croire

Certaines personnes marquent votre vie d'une empreintes indéniables, et je veux parler des parents. Père et mère ont une responsabilité sur le devenir d'un enfant, et je crois que nous serons tous d'accord sur ce fait. Ils sont le socle de votre identité qui doit se construire sur des repères suffisamment aimant et sécurisant, ou alors des substituts parentaux devront être présent.
Mais lorsque l'enfant doit grandir sous l'égide de parents maltraitants, tous ses repères au monde sont faussés, ce qui fut mon cas.
Je souffrais sans le savoir de ce que les médecins appellent "une mémoire traumatique". Je ne comprenais rien au monde, j'étais perdue dans des émotions de honte et de culpabilité avec un sentiment de non-valeur. Il était très facile de consommer pour moi, et dès mes 14 ans des drogues dures car ma mère en consommaient, et c'est d'ailleurs elle qui m'a initiée.
Je pensais que c'était un rite de passage à l'âge adulte, et que de ce fait, elle me considérerait plus.
Je suis une miraculée, survivante de l'inceste, et des abus psychologique de ma mère.
Bien que je souffre encore de symptômes post-traumatiques, j'ai pardonné à mes parents, non à cause d'une morale religieuse ou spirituelle, ou d'une  compassion à leurs égards.
Mais uniquement pour ne pas être une éternelle victime, je l'ai fais pour moi.
Parfois j'éprouve de la colère ou de la tristesse, et plus spécialement à l'approche de Noël. Je n'ai aucun souvenirs heureux de mon enfance.
Mais je suis bien vivante, et fière du chemin que j'ai accomplis, et je progresse dans la compréhension de mes sentiments, et je peux à présent être un très bon parent pour l'enfant blessée en moi qui n'a pas que de la souffrance à me faire partager, mais surtout beaucoup d'amour.
L'inceste ne m'a pas brisée, je ne me détruis plus.
Je suis une combattante à ma manière, l'énergie créatrice de la vie ainsi que la puissance d'amour spirituel qui en moi, et en chacun de ceux qui cherchent une voie spirituel de paix et d'harmonie avec la terre ne peuvent que vaincre les forces négatives de quelles que natures qu'elles soient.
Il suffit d'y croire, rien n'est jamais perdu, et la conscience de savoir que j'essaye d'agir au quotidien avec une conscience qui se libère du passé, qui parfois trébuche et se remet en question avec toujours de l'amour pour la personne que je suis au quotidien est la principale préoccupation dont je souhaite qu'elle se manifeste, plus forte que toute colère, frustration ou tristesse.
Si je veux souffrir, c'est d'optimiste, et que l'on me traite d'illuminée car je crois aux anges gardiens, ceux-là même qui se manifestent par des dons d'amour sur ma personne.
Je suis accompagnée sur le chemin de ma guérison, et parfois ils ont de drôles de manières de me faire comprendre pour avancer, mais ils savent que je peux le faire.
De toute façon, on est bien d'accord sur une chose bien qu'on pratique chez N.A. une spiritualité libre, ce qui importe, c'est que ça marche, le reste n'est que discussion peut-être inutile sur comment il faudrait ou pas approcher la spiritualité.
En fait, je vais guérir de Nöel, de ma famille, et des souffrances, et libérer mon âme afin que celle-ci réalise que le spectacle est très beau, il fallait quand même créer le ciel, les nuages, etc, et ils ont été créer pour qu'on admire cette création sinon il aurait été inutile de tant d'effort.
Poète et créatrice du rêve au quotidien: c'est gratuit et accessible à condition de voir clair, et sans l'esprit embrouillé par des drogues qui certes ont le pouvoir illusoires de nous couper de certaines réalités, mais nous privent de l'essentiel.
Sur ces paroles que j'espère remplie d'espoir et de bonnes énergies, je vous souhaites un jour à la fois, la merveilleuse expérience de la vie qui chaque jour est différente, et jamais un jour se ressemble, et finalement c'est une grande mais courte aventure avec laquelle je vais prendre le risque de croire que je serais finalement et déjà heureuse.
Bonne 24 heures

Hors ligne

#2 11 11 2016 06:03:27

sassandra
Membre

Re : Il suffit d'y croire

C'est un très beau témoignage Nais qui démontre la force du programme 12 étapes
dans l'acceptation de la vie avec ses traumas
dans la mise en place d'une croyance en une ps telle que je la conçois ou ne la conçois pas
et dans la décision de vivre une spiritualité dans le plein sens du terme
....prendre le risque de croire : ça peut m'aider
Période de "sécheresse spirituelle" me concernant - ça arrive
Merci pour ton témoignage et cette belle écriture
pleine d'espoir..

Hors ligne

#3 11 11 2016 07:29:45

lucky
Membre

Re : Il suffit d'y croire

merci Nais


(((((((( Big Hug ))))))))

Hors ligne

#4 11 11 2016 12:23:04

naïs
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Merci à vous car c'est grâce à la réciprocité que j'avance sur mon chemin de vie en étant accompagnée par des personnes telles que vous, qui en essayant de faire au-mieux, et dans le désir d'être de bonnes personnes tout comme moi continue à inscrire l'espoir pour un monde meilleur jour après jour.
Voilà, je grandis en étant capable malgré la souffrance ou les difficultés à me mettre à la place des personnes de mon entourage, et ce que je désire ne vas pas forcément se réaliser, et je comprends qu'il va falloir m'adapter à la réalité, et que ce n'est pas celle-ci qui va changer afin que mes rêves de bonheur, mes idéaux "de comme j'aurai voulu ma vie" ne soient pas les mêmes que mes proches.
Car moi, je suis dans le passé avec de douloureux souvenirs, et eux sont dans le présent ou dans l'avenir.
De m'en rendre compte me permet de ne pas être une personne pleine de ressentiments, d'aigreur, et je peux même me réjouir qu'ils soient tout à leur bonheur, et qu'il ne pense pas forcément à moi comme je l'aurai souhaité.
A qui voudrais-je ressembler ? A une éternelle insatisfaite car le monde semble m'avoir oubliée !? Comme si j'avais la palme de la souffrance, et que je mériterai qu'on le comprenne enfin ! 
Ah oui ! Je serais dans des comportements négatifs et je n'attirerais que des réponses négatives qui me réconforterais sur le fait que j'ai raison d'agir ainsi.
Voilà, faut grandir encore et encore afin d'être moins stupide, plus intelligente que ses ressentis et ses émotions un jour à la fois.
Bon, en attendant vais remercier ma P.S. et une amie qui fait que je réalise avant d'agir.
Bonne 24 h.
Hug

Hors ligne

#5 11 11 2016 18:09:18

Balthazar
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Au coeur de NA, il est le partage : la relation pure aux autres d'expériences personnelles.
Tu relates bien, Naïs, ton vécu : qui est plein de richesse.
Or, cette dernière se développe rarement dans la pureté aseptisée du luxe, du calme et de la volupté.
Souvent elle prolifère mieux dans les milieux chauds, humides, surpeuplés, et où l'air et l'eau sont viciés.

Bien qu'il faille relativiser...
Un environnement sain reste l'idéal, et je te rejoins aussi sur la tonalité fondamentalement pratique,
que tu donnes à la/ta spiritualité.

En même temps, je constate que les gens bien élevés,
vont souvent imposer également leurs 'propres' rêves à leurs enfants,
et exiger d'eux qu'ils conjurent tous les regrets qui demeurent après une vie imparfaite.
Ils leur donnent les conseils dont eux auraient eu besoin 20 ou 30 ans  plus tôt,
alors qu'entre temps le monde a changer, et que ces avertissements sont périmés...
Voilà d'ailleurs comment on en est arrivé à ce que nos jeunes élites aient autant d'idée,
de créativité, de solutions, que des vieillards psychorigides, mais pas frigides...

J'ai noté que tu t'excuses à demi-mots et t'inquiètes en quelques de l'effet que produira ton propos...
Sera-t-il chargé d'énergie positive?
Ne risquerais-je pas de les affecter par mes maux?

Je préconise plutôt de n'en avoir rien à cirer de ce que les autres pourrait voir leur moral plombé.
Nous ne sommes pas des ambianceurs, et l'heure n'est ni aux réjouissances, ni aux festivités.
C'est la différence entre les réunions NA et les mondanités, que cela...
Même si le terme "amis" est employé dans la littérature, il est immédiatement suivi d'un autre,
qui vient comme pour le qualifier à la manière d'un adjectif,
ou se soude même en un mot-valise...
Il est dit (de mémoire) : "(...) nos nouveaux amis NA (...)"
Cela, parce que les liens qui unissent les membres ne sont pas exactement assimilables à de l’‘amitié’… (Son l’étymologie ne vous est pas étrangère).

Je comparerais plus cela à des rapports professionnels…
Nous avons des objectifs à ‘réaliser’ (comme tu dis) et l’assemblée a vocation à synthétiser les intérêts personnels qui s’agrègent en sorte qu’ils forment un tout individualisable, doté d’une « conscience » (« le groupe agis ‘en conscience’ » collective qui sert à son tour, et en retour, les éléments qui la compose.

En gros, nous formons un troupeau qui broute mieux rassemblé qu’isolément.
Étant un peu plus intelligent que ces bêtes, nous avons des interactions qui décuplent les progrès, mais je persiste à diffuser cette vision que j’ai, et qui est que NOUS N’AVONS PAS A PLAIRE A QUI QUE CE SOIT.

L’on m’a maintes et maintes fois reproché de faire fuir les nouveaux, qui venaient s’enquérir de renseignements, de ne pas être assez rigollot en réunion, sévère, et j’ai même été expulsé par les 2 autres membres de la réunion aux oreilles de qui mon discours sonnait d’un mortel ennui.
(Je n’avais pas les mêmes frasques affriolantes qu’eux à déballer il est vrai…)
Et le procès en longueur menace toujours, y compris sur ce forum.
Mais je n’en ai rien à secouer, parce que ce sont eux qui malgré le temps clean canoniques n’ont toujours pas une once de bon sens.
Je ne vais pas leur faire une lecture publique d’un film d’action pour les tenir en haleine, ni me contorsionner, ni verser dans de flatteuses démagogies.
La responsabilité leur appartient d’acquérir la maturité nécessaire pour souffrir mes paroles qui, vous en conviendrez, ne sont d’ailleurs pas si dures à supporter.

Car, paradoxalement, le beau finit par jaillir (après quelques essais malheureux, je le concède bien volontiers) d’un travail au fond. Et c’est le vocable qui m’a manqué dans tes témoignages. Et seulement l’expression de celui-ci (le labeur) car il est évident que ce que tu nous offres est le résultat d’une assiduité dans la pratique du programme et, accessoirement, de cours de rattrapage au plan scolaire…
En effet, je ne renie pas aux formes leurs vertus pédagogiques, ni ne conteste le souci de l’auditoire que doit avoir l’émetteur. Certes, mais l’intention ne devrait toujours être que de se faire comprendre, précisément, du plus large éventail et pour chacun selon ses moyens, mais jamais d’emporter la conviction, encore moins de séduire, si ce n’est par l’effet qui résulte de toute révélation.

Je répète que le manque d’estime qui a été notre lot quotidien, nous a habitué à ce que l’amour notamment, (mais ici, vous aurez bien relevé qu’il ne s’agit que de respect, d’accueil, et d’écoute), nous sommes coutumiers donc, de la règle qui veuille que par principe : les autres nous rejetterons, que notre intégration ne va pas de soi, et que nous devons, par des cadeaux, par des révérences, par nos atours, mériter et gagner le Droit de vivre avec nos semblables. Et comme, le capitalisme, de plus en plus teinté de féminisme, (car il est un fait que nous assistons au basculement du centre de gravité depuis un empire viril, vers une civilisation d’avantage emprunte de féminité, avec tout ce que çà comporte comme outils mis aux services de fins (dont il n’est pas le lieu de dresser un examen) je pense aux ressorts de la manipulation, qui n’a rien à envier à la force brute) vise à l’évaluation en contexte des compétences et aptitudes de chacun, et pour décider du rôle qu’il peut occuper, voir des épousailles qu’il mérite, la tentation de passer un entretien d’embauche lors de nos interventions en salles ou post, guette.

Que les autres te le fassent sentir ou non, qu’ils agréent ou pas, je te suggère d’inverser la logique, et de te considérer comme humainement digne d’être considérée à ta juste valeur et qui est haute, partout où tu vas, mais surtout et d’abord aux réunions : ces havres de paix animée (et parfois de débats) où, en plus et pour une fois, tu n’as pas à le prouver... que tu le vaux bien !

Hors ligne

#6 11 11 2016 23:36:27

sassandra
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Nais j'ai trouvé sur un autre forum de dépendant
un lien 12/12  :Enfant Adulte de famille dysfonctionnelle ou alcoolique: EADA....

Perso j'ai pas creusé celui-ci

Mon expérience  me permet de dire que ce dont tu parles est asssez couramment évoqué en fraternité
je suis moi même issue du même schéma - j'ai pris une distanciation par rapport à ça et dès le début
j'en parle , je le ressens, comme si c'était arrivé à quelqu'un d'autre....

Ce n'est pas mieux, mais j'approche de la soixantaine...
Mon passé est ce qu'il est et comme tu sembles le sous entendre , j'en ai fait moi aussi une force
Mon présent est plus calme sauf quand je m'énerve -lol

Au fur et à mesure des partages
entre "gens du programme" ,j'ai pu me rendre compte
que ce que tu évoques est relativement fréquent et c'est très lourd.
Je suis également issue d'un arbre tordu,
et les généréations à venir reproduisent le cycle.

De ce que j'ai pu constater
Chacun fait avec comme il peut
Certains mettent toute une vie à dénouer les "cassettes de sabotage" issues de ces traumas
avec d'autres appuis (psychologue ou développement personnel)
mais ça revient cher et en argent et en temps

D'autres ne se servent que des douze étapes
de façon très simple, parfois après des violences suicidaires
pour arriver au simple constat de ce qjui n'a pas été :  parce que....

J'en suis là : comme toi j'ai pardonné.
C'est comme ça : pas eu le choix...
Pour résumer , cela m'a fait faire beaucoup de conneries
rétablies grâce aux douze douze
mais j'ai eu de la chance de n'en éprouver ni regrets , ni tristesse


Merci de vos témoignages

Dernière modification par sassandra (11 11 2016 23:54:41)

Hors ligne

#7 11 11 2016 23:46:58

naïs
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Oui vraiment, tu as raison, tu fais de très longues réponses.
Je sens une grande réactivité par rapport à ce que tu as pu vivre chez N.A. et avec ta propre expérience, je ne voudrais pas heurter ta sensibilité, ni en fait te parler franchement car il me semble que de te répondre avec mes propres idées, c'est un peu comme regarder à chaque pas ou mon pied va se poser.
Il n'est pas nécessaire que je réponde à part pour te dire que sincèrement je suis désolée de ces navrantes expériences que tu as vécues, et qu'il est bien dommage que tu n'ai pas d'amis dans la fraternité.
Et si je me suis trompée et que tu as des amis chez N.A., je pense que tu peux compter sur eux afin qu'il te comprenne vraiment, ce qui n'est pas mon cas.
Je suis sur ce forum, non pour débattre d'un bien-fondé, d'une vérité quelconque ou d'une prise de position envers ou contre quelqu'un ou quelque chose. Je post des messages pour mon bien, pour me faire du bien, et c'est tout.
Après je reçois des réponses qui me parlent et d'autre moins ou pas, c'est comme dans les salles, je prends ce qui m'intéresse et je laisse le reste aux autres à qui ça parle.
Mais chacun de nous a pris la peine de répondre ou de poster un message, et déjà l'effort mérite le respect, et d'ailleurs je te remercie pour les gentils mots que tu as dits à mon sujet bien que tu ne me connaisses pas.
Et le plus important pour moi, est de trouver la paix dans mon cœur, le reste suivra.
Aujourd'hui, je suis heureuse pour les personnes qui sont heureuses sur cette terre, et je vais envoyer une prière dans ce sens, que ma pensée s'envole comme l'amour dans un cœur qui aime la vie et les humains.
Big hug et bonne 24 heures

Hors ligne

#8 12 11 2016 12:27:07

naturalmistic
Membre

Re : Il suffit d'y croire

naïs a écrit :

....
Si je veux souffrir, c'est d'optimiste, et que l'on me traite d'illuminée car je crois aux anges gardiens, ceux-là même qui se manifestent par des dons d'amour sur ma personne.
Je suis accompagnée sur le chemin de ma guérison, et parfois ils ont de drôles de manières de me faire comprendre pour avancer, mais ils savent que je peux le faire....

Je ressens la même chose que toi, je suis convaincu par tes mots. Merci naïs ;-)


Mille fois est jamais suffisant

Hors ligne

#9 12 11 2016 15:21:25

naïs
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Merci Sassandra pour ton courage, il n'est jamais facile d'arriver à faire la part des choses lorsque on a grandi et sous la tutelle de parents dysfonctionnelles ou maltraitants. Et merci à naturalmistic qui porte bien son pseudo...Nous voilà sur le même bateau !
Bon, j'ai passé un moment difficile, un souvenir que je n'étais pas prête à voir surgir, à refait surface physiquement afin  que je puisse mettre des mots dessus, mon corps a parlé.
Alors, j'ai compris, et j'ai pu faire face à un souvenir précis. Il est difficile de concevoir que ma mère aie pu agir ainsi, et je peux constater une fois de plus, malheureusement la personne qu'elle fut dans ses actes.
Je suis triste pour elle, je crois qu'en retrouvant la totalité de mes souvenirs, et au fil du temps, j'ai dépassé la colère, et aujourd'hui j'éprouve de la tristesse pour elle, qu'elle ait pu commettre de tels actes ! C'est assez incompréhensible. Je suis soulagée qu'elle soit morte, et qu'elle se trouve du côté d'une P.S. pour ma tranquillité. Si l'on croit à l'âme éternelle comme je le conçois, et bien il est plus bénéfique que l'âme de mes parents soient illuminé par des forces d'amour afin qu'elle se libèrent et puissent progresser dans la lumière. Je ne pense pas faire preuve de tant de compassion ou d'indulgence en pensant de la sorte car je suis persuadée qu'en agissant ainsi, je vais améliorer mon futur sur cette terre, et qu'ensuite au seuil de la mort, je pourrai partir en paix car j'ai déjà ressenti l'amour inconditionnel et infini de Dieu ou de peu importe comme on le nomme. Et, il n'est pas plus beau cadeau que de savoir que je ne suis pas seul, et qu'il y a un sens, du sens à donner à ma vie et à mes expériences passées, présentes et futures.
Très bonne 24 heures et de bonnes énergies d'amour car nous en avons grand besoin, et si honte parfois de l'avouer, et c'est pour cette raison que je m'en suis privée en croyant n'y avoir pas le droit.

Je ne conçois pas une P.S. comme la justice, et tout ce que je souhaite pour ma mère comme pour mon père, c'est qu'il puisse s'élever par la connaissance, et qu'il puisse accéder à des énergies bénéfiques afin qu'ils ne puissent qu'envisager toute forme de vie ici ou ailleurs comme un bien précieux.

Hors ligne

#10 13 11 2016 05:57:19

sassandra
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Belle philosophie d'amour
j'avoue ne pas arriver à souhaiter cela aux "maltraitants" de ma famille et autre
et je crois ne même pas tenter d'y penser...
Tour ce que je leur demande c'est de ne plus être dans mon périmètre
afin qu'ils ne relancent pas les phases down de la bipolarité
en provoquant le négatif total du ressentiment...

J'y suis arrivée juste pour aujourd'hui

Je me suis installée tout à côté de chez ma mère
pour être là dans sa fin de vie....
C'est une acharnée du contrôle absolu sur TOUT et des
petites phrases insidieuses qui tapent fort

J'ai progressé dans mes rapports avec elle
en posant ces principes :
"je ne laisse personne pas même moi me mettre la pression"
et j'ai décidé de refuser en bloc toute tentative de culpabilisation
Disponible oui mais pas à disposition..

Etre dans un rapport aidant ( 12ème étape) est facile quand il s'agit du "civil"
comparé à la sainte famille.
J'ai coupé le cordon , je crois , c'est cool.

Dernière modification par sassandra (13 11 2016 06:18:11)

Hors ligne

#11 13 11 2016 21:43:10

naïs
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Je comprend que c'est difficile, pour ma part, je suis et c'est la vérité; soulagée que mes deux parents, père et mère ne soient plus présent physiquement sur cette terre.
Ils sont décédés alors je n'ai pas à faire une quelconque place à leur folie ou maladie ou peut importe de comment qualifier des comportements insupportables, et d'autant plus insupportables que ce sont nos parents directs. Mon père est décédé lorsque j'avais 7 ans, et ma mère, il y 2 ans et demi. Pour pouvoir élever ma fille, j'ai coupé les ponts avec elle durant plus de 10 ans. Et puis, suite à un burn-out professionnel, je n'arrivais pas à récupérer car il me manquait une partie de mon histoire qui s'appelle l'inceste. J'avais l'intuition que ma mère avait la réponse. Donc, j'ai repris contact avec elle.
Et elle accepta, mais devant rapidement ce qu'elle avait toujours été. Elle me rendait dingue...
Puis environ une année après avoir repris contact avec elle, elle fut déclarée atteinte d'un cancer incurable, et c'est seulement une année après sa mort que les souvenirs me sont revenus.
Le choc a été terrible, mais je me suis accrochée jour après jour.
Et finalement, je suis en train de guérir de tout ce mal qui habitait ma mère et mon père, et aujourd'hui je me concentre sur de bonnes personnes.
J'ai compris que mes parents n'avaient et n'auront jamais eu les capacités d'amour que je peux avoir en pratiquant une spiritualité, mon père était un fou, et ma mère aussi.
Je suis si soulagée d'être différente, et de comprendre à quel point, j'ai toujours été différente d'eux malgré mes années de consommation.
Je les trouve si peu digne, que j'ai beaucoup prié pour que ma mère parte dans la dignité car elle était une dépendante active, et j'avais beaucoup d'images d'elle durant mon enfance, de grosses pertes de maîtrises. Et, j'ai été exaucé au-delà de mes espérances parce qu'une puissance supérieure a paré a traver le corps exangue de ma mère, et dans ses yeux, j'ai vu un amour infini, et jamais encore je n'avais imaginé qu'il puisse être si puissant.
Maintenant, j'ai compris d'où je viens, et je reste en contact au quotidien avec mes anges gardiens. Beaucoups de mes souffrances ont une explication, et s'ils me donnent les clefs de la compréhension, je peux avancer, et m'éloinger des forces obscures de l'ignorance. Ma colère est légitime mais demanderait trop d'énergie, et au présent, je n'ai plus à m'occuper d'une mère complètement dysfonctionnelle.
Mais, je comprend les liens complitqués, c'est tellement injuste de faire continuellement les frais d'un mauvais comportement, alors qu'on essaye toujours de faire au-mieux pour que cela se passe bien...
Ma mère me menait toujours à une situation d'échec, et si je prenais de la distance, elle arrivait à manipuler des gens par exemple une assistante sociale qui me contactait pour me faire la morale !
C'est du vécu, et plus d'une fois...
Bonne 24 heures et bonne progression

Hors ligne

#12 13 11 2016 23:16:50

Balthazar
Membre

Re : Il suffit d'y croire

T'inquiète pas Naïs, tu n'as pas à peser chaque mot soigneusement (" un peu comme regarder à chaque pas ou mon pied va se poser") en t'inquiétant de ce que çà va déclencher chez moi, comme si j'avais fait une fixation sur ta personne, et que tes moindres allusions pouvaient me plonger dans une intense réflexion, lors même que tu les aurais prononcées sans tellement avoir eu en tête tout un système de pensée. (Il ne m'en coûte pas trop de partager gros, car j'écris assez vite, d'une traite, et avec plaisir...)

Tu 'Nous' offres une preuve concrète de ce que je me tuais à expliquer : le dépendant qui partage (moi en l’occurrence) n'a pas à se soucier de plaire à son ou ses interlocuteurs.
Les paroles sur lesquelles je conclues sont certes gentilles, je dirai plutôt "bienveillantes", mais cette réaction que j'ai délivrée, si elle rebondissait sur ton post, avais en réalité une portée large, car à travers toi, c'est à 'Nous' les dépendants présents et à venir que je m'adresse.

Contrairement aux réseaux sociaux, où chacun attend d'être 'liké', car cet acte est perçu comme un 'vote', un soutien de plus qui permet ensuite de gagner de la popularité, et de progresser dans une hiérarchie, voire de revendiquer, au travers du nombre et de la qualité des 'amis' l'occasion de tirer profit au sens propre des conseils (car certains sont devenus des stars, du journalisme, de la musique ou d'autres arts, en se faisant connaître par FB) à NA, normalement, l'on n'est pas dans un prisme ni de charité, ni de travail rémunéré. Je post pour Moi d'abord, et je ne le vis pas comme du bénévolat, et dont je n'attends rien, ne me sens nullement redevable de quoi que ce soit, même si, j'apprécie d'être lu, et de trouver un écho favorable, le plus important à mes yeux est de progresser dans mon développement, et si possible d'être compris d'autres, et utile à mon prochain.

Comme pour les dons en argent, ni moi, ni toi, ni personne n'a à se sentir obligé de quoi que soi : et même de lire ou de répondre ne serait-ce.
Donc je récidive, et je me permet de 'corriger' même si ce n'est pas très raccord avec une certaine idée que certains se font de l'esprit NA qui exècre en principe toute moralisation, et jusqu'aux suggestions, en ce que cela comporte toujours un positionnement de supériorité à quoi sont allergiques la plupart des interlocuteurs et plus encore les ex ou toujours rebelles que nous sommes... Alors oui je 'rectifie', je précise, je conseil :  de ne jamais s'obliger à parrainer, à écouter, à lire à répondre, par générosité envers l'autre, et toujours se forcer en revanche, quand un progrès personnel est à la clé.

Par ailleurs, et puisque tu as été sensible à la solitude qui est la mienne, ainsi qu'au climat de débat qui m'entoure parfois : saches que ces états sont des choix que j'ai opéré librement, parce que cela, je le considère comme l'aboutissement d'un processus. Après pas mal de temps clean, je suis devenu relativement indépendant des besoins affectifs primaires (à mes yeux) que sont l'amitié, et le sentiment de concorde joyeuse qu'affectionnent les membres ou personnes qui n'ont pas encore les ressorts techniques, humains, langagiers pour gérer les oppositions, et qui risquent donc de tourner au conflit ouvert.

Si j'ai effectivement été une fois expulsé de la réunion par 2 membres qui vociféraient tandis que j'étais calme, qui se montaient le bourrichon l'un l'autre, en outrepassant complètement les traditions de modération les plus élémentaires qui n'ont jamais donné à qui que se soit le pouvoir d'exclure un participant, c'est que leur niveau ne les autorisait pas à cet instant à comprendre mes propos dans toute leur ampleur, ni même, devant l'incompréhension, à réagir dignement, ou, à tout le moins, dans le respect minimum qu'on se doit à chacun.

Donc, tu n'aimes pas le débat, c'est une position qui est très défendable, d'autant plus que les partages ne sont jamais censés réagir les uns aux autres (pour Naturalmystic, cela fait une différence avec le forum) même si par insinuation ou indirect, cela arrive tout le temps!

C'est la base effectivement que cette orientation, mais je rappelle que toute liberté est donnée aux groupes, et qu'il existe une foultitude d'exercice, ateliers, format, accompagnés de brochures et outils ou méthode, et comme d'échanger sur un thème précis, et que l'argumentation constitue tout un pan de la vie dans Narcotique Anonyme. Notamment dans le service, auquel j'ai simplement assisté, il y a de nombreuses décisions à prendre... En Espagne, j'ai pu voir se 'disputer' le match entre les tenants de la candidature de Malmö (de mémoire) et ceux d'une autre ville qui prétendait aussi accueillir la convention européenne suivante. Il croit me souvenir que c'était un scandinave qui défendait le parti de l'Europe latine, et un latin celui du Nord, parce qu'en ces occasions la nationalité est totalement reléguée en arrière plan (elle n'est utile collectivement qu'au travers des compétences linguistiques ou culturelles), et cela avait été très animé, mais grâce à un civisme de haut-vol, je n'ai jamais ressenti ne serait-ce que poindre de la colère.

Tout au plus parfois de l'agacement, de la passion, mais avec énormément de fair-play. C'est d'ailleurs cette dernière métaphore sportive qui me parait résumer le mieux cette expérience, encore que les membres étaient entre eux infiniment plus chaleureux et proches que ne le seront jamais des adversaires dans le sport, et surtout quand les pressions financières sont titanesques...

Te souhaitant toujours le meilleur rétablissement possible,
<<<Big Hug Naïs>>>

Hors ligne

#13 14 11 2016 07:05:47

sassandra
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Bonjour Balthazar

Ce que tu décris est facheux certes..
Je le conçois et je l'entends ...
.Je ne rebondis pas sur tes posts parce que principalement
"en général", je suis très mal à l'aise dans les situations de conflits
et de deux , la spiritualité anonyme conseille  de s'abstenir de toute "querelle de clocher"

Ce que j'ai vu faire : quand ça ne colle pas dans un groupe
en changer ou éventuellement en créer un autre.

Ce sont les conflits incessants, étalés sur la place publique
qui pour ma part, et ce n'est que mon opinion ont éteint ce forum.

"Les principes au dessus des personnalités"...

Je vous souhaite la meilleure journée possible

Dernière modification par sassandra (14 11 2016 07:58:00)

Hors ligne

#14 14 11 2016 07:48:19

sassandra
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Le fil de ce post étant tel que je l'ai compris et interprété
Continuer à vivre sa spiritualité 12 étapes
dans les vicissitudes de la vie , jour après jours, 
sans toxiques, et si possible sans addictions dans tous les domaines de ma vie.

Il n'y a dailleurs que la première étapes qui fait allusion au produit de dépendance.

Les relations parfois  difficiles que nous entretenons
avec nos proches et débusquées dans la quatrième étape
sont parfois des freins qui nous empêchent de progresser.

Ma fille est toxicomane , hyper violente
(grâce à ma ps, j'étais sobre pendant sa jeunesse).


Malgré une certaine pratique douzième,
vivre cela sur le plan perso est très violent...
Je n'ai trouvé qu'une solution
Couper  les liens nous unissant
chose qu'elle a fait également car je ne rentrais pas dans ses processus de manip toxico :
je ne peux rien faire tant qu'elle est dans le déni
et j'ai fait mon deuil de ce que j'aurais voulu qu'elle soit..

Quand à mon amour maternel ,
il en a pris un coup.
Les menaces de mort
et la violence physique et psychologique
sont inacceptables- mère ou pas mère....

Dernière modification par sassandra (14 11 2016 09:58:00)

Hors ligne

#15 14 11 2016 17:30:43

naïs
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Je n'ai pas de mots pour toi Sassandra, ils seraient bien inutiles. J'ai moi-aussi une fille, et je me rends compte de la chance que j'ai au niveau de ma relation avec mon enfant qui est une adulte à présent.
C'est vrai que parfois, il ne reste plus que la prière, mais c'est dur de garder l'espoir.
C'est dingue cette maladie.
J'ai réfléchi aux comportements de ma mère sous substances, avec son esprits remplis de ressentiments et de colère. Alors qu'elle manipulait l'assistante sociale afin de lui faire comprendre à quel pont sa fille, donc moi qui avait subi durant toute mon enfance, ses abus divers et qui continuait à le faire, se plaignait de moi, et de mes comportements à son égard, et comme j'étais une mauvaise fille.
Ma mère en étant convaincue, elle lui racontait une réalité qui était la sienne mais qui évidement n'avait rien à voir avec les faits. Et elle était convaincante car totalement sincère avec ses mots et ses explications.
C'est une sorte de folie.
L'âme humaine, je trouve qu'elle est si malléable, c'est comme une matière qui peut se tordre dans un sens ou dans un autres avec toutes sortes de consciences différentes.
C'est pour cette raison que je m'occupe très fortement de la mienne, je ne suis pas à l'abris des ressentiments qui distordent la réalité, et qui me ferait agir d'une mauvaise manière sans même m'en rendre compte, et je ne parle même pas de mon hyper-sensibilité. Prendre ma sensibilité en main, c'est une affaire quotidienne pour ne pas dépenser de l'énergie inutilement dans mes relations avec les autres personnes.
C'est vrai que je ne me mêle pas des conflits chez N.A.,  dans les salles comme à l'extérieur, il peut y avoir des tensions qui s'enveniment, et qu'en ça chauffe trop et bien c'est déjà trop tard. Faut attendre que ça descende. Et si certain accélèrent vite et fort, et bien j'en fais pas partie.
On s'est fait viré d'une salle parce un de nous a donné un coup de pied dans une porte et l'a cassée. Malgré nos excuses, ils nous ont comme on dit: d'aller voir ailleurs !
C'est pas super, mais bon j'ai beaucoup d'affection pour la personne qui a eu un coup de sang, et ce moment d'égarement agressif ne l'a définit absolument pas.
Et si des personnes ne sont pas d'accord, et qu'ils ne parviennent jamais à être d'accord, et que ça puisse faire fermer une réunion, et bien c'est que cela devait arriver.
Après, c'est des choses qui arrivent, et ils existent assez de réunion dans le monde pour trouver celle qui convient.
Mes priorités sont ailleurs, je suis assez vite lassée de l'autorité de certain, et s'ils veulent gouverner, et bien qu'ils le fassent sauf chez moi.
Etre observatrice, ça permet de prendre du recul avec toute sortes d'agitations, et en plus avec mon problème de stress post-traumatique, vais pas rajouter du stress.
Lorsque tu as un problème de santé, tu connais mieux tes limites, et tu comprends mieux tes priorités. T''es confrontée non à ta tête, mais à ton corps, et j'ai appris à l'écouter par nécessité.
Je voulais vous remercier tous de partager avec moi, et je vous en remercie du fond du cœur.
Les plus difficiles expériences dans N.A. ce fut avec plusieurs filleuls, et une en particulier avec perte une perte de maîtrise totale et j'ai du intervenir car sa vie était en danger (pompier et ambulance).
J'étais si enthousiasme à dire "oui", pas de soucis, bienvennue, et bien...J'ai vite compris que je m'étais embarquée sur des sables très mouvants.
Bonne 24 heures à tous

Hors ligne

#16 15 11 2016 07:42:23

Balthazar
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Je lis, je lis...
Et n'ai plus tellement de commentaire à partager.
Intéressant, en effet... Très intéressant ce que vous partagez là, car çà respire la vérité justement,
celle qui n'est pas toujours très flatteuse pour celui qui l'exprime, et qui est donc rare, et que je valorise.

Pour ce qui était de ma petite personne, et comme il semble y avoir eu quelque incompréhension :
cette réunion de laquelle j'ai été refoulé par les 2 autres membres, avait eu lieu il y a peut-être 5 ans...
Hormis le tons de mes opposants, qui était monté un peu haut, il n'y a eu aucune violence...

Nous sommes tous 3 restés en bons termes, et bien que la relation de parrainage se soit interrompu là,
et que le dépendant, nous avons eu l'occasion de nous reparler avec ces personnes dont je ne sache pas qu'elles aient jamais fréquenté ce forum (sauf 2 ou 3 posts il y a environ 8 ans, que j'avais pas retrouvé lorsque je les avais cherché à cette époque.)

Précisément, la querelle avait à l'occasion d'un partage que je faisais et qui avait trait à l'abstinence complète que je pratiquais alors (je devrais même parler de continence...)
Cela m'avais fait faire des progrès fulgurants, mais rendu aussi un peu plus hautin que d'habitude...
Les 2 autres membres s'étaient embarqués dans des options exactement inverses : ils sortaient pas mal, en 'célibataires' dans les boîtes de nuits, après quelques années de mariages, et régressaient à vu d’œil...

Je suis, juste pour aujourd'hui, moins extrême qu'avant dans mon abstinence, mais je n'ai jamais regretté d'avoir expérimenté cette perfection, et de me tenir non loin de ses limites.
De même, d'avoir passé des soirées à lire seul, tandis qu'ils se dévergondaient, et d'avoir jusqu'à présent épargné, fait du sport, lorsque mon parrain et son acolyte dépensaient, et parfois aux frais de leurs amis, et lors même qu'ils ont des enfants contrairement à moi : tout cela je le referais, je le continu, et quant à eux, je n'ai pas sincèrement le désir de m'enquérir de leurs nouvelles...
Les derniers échos que j'ai eu ou vus : étaient que l'un a vu la famille recomposée qu'il avait reformé avec encore une autre femme que celle avec qui il était durant cette histoire (depuis près de 2 ans et qui avait également des enfants qui ont dû être tristes de le voir partir) (celle-ci était venu après une dizaine de relations plus ou moins foireuses entre son divorce et ce moment là) (tandis que j'étais toujours seul sur la route bien sûr à étudier très dur et dans un cadre des plus spartiate) donc cette dernière famille composite à donc éclatée, et quant à l'autre, il a plus ou moins poussé ses gamins à quitter la maison dès leur majorité pour qu'ils s'engagent à l'armée. C'est vrai que par les temps qui court, ils manquent de non diplômés en première ligne...

Je remarque pour finir, qu'alors que j'évoquais la possibilité de "débattre", "d'argumenter" de façon "fair-play", vous avez toutes 2 rebondis sur le fait que vous n'aimez pas les : "conflits", "sur la place publique" etc.

Hormis cette mésaventure, qui est venue solder de nombreuses années de réunions idylliques, puisque je reste plein de reconnaissance à l'égard de ce parrain qui s'est occupée de moi à merveille, de mes 20 ans en 2002, à mes 30 en 2012. Il a été un second père, et le vide qu'a laisser son départ m'a permis de me re-rapprocher du premier. Ce parrain était plein de sagesse, il avait juste une faille avec les femmes qu'il n'a probablement toujours pas finit de refermer. C'est de voir ses erreurs, qui m'a permis d'aller si loin...
Même si, je ne suis peut-être pas le mieux placer pour proclamer que j'ai un super rétab comme je le fais, et quand bien même je passe plutôt pour un prétentieux en le disant. Au moins, çà en rassurera quelques-uns... Et fera rire les autres!

Juste je termine par une réflexion qui m'a pris très récemment... Plus çà va, et plus je crois que pour faire de bons parents, il faut, paradoxalement, des êtres un peu immatures. L'on s'imagine qu'un couple très évolué intellectuellement et spirituellement élève bien les gosses... En fait, il m'apparaît que ses ressources en éducation, ou connaissance sont désormais abondantes, et que les couples qui en ont, risquent, à trop en vouloir pour eux-même, de manquer d'attention, d'affection. Ces gestes, que je trouve aujourd'hui primitifs en tant qu'ils sont proches de ceux qu'on observe dans le monde animal, et dont j'ai eu la chance d'être couvert, constituent une nourriture pour l'âme en devenir, et il faut en avoir reçu à plus soif, pour enfin en être sevrer, et ne plus demeurer en demande constamment, et pouvoir se concentrer sur les sujets plus 'nobles'... Ceux qui, à l'aune de leur existence, ont manqué de cela, j'ai coutume de dire qu'ils restent des enfants tout leur vie... Leur développement est bloqué, ou bridé. Cela étant, je relativise toujours car le contraire arrive aussi... La tentation de se reposer sur les acquis pour ceux qui ont été choyer est un piège, et les plus mal partis sont souvent fortement incités à se prendre en main, et peuvent déployer des trésors de volonté, surtout lorsqu'il s'agit de se résister aux déchaînement du sort...
Le plus exquis est qu'il vous soit donné de vivre les 2.

Ce que je vous souhaite encore de découvrir...
<<<Big Hug>>>

Hors ligne

#17 15 11 2016 10:18:03

sassandra
Membre

Re : Il suffit d'y croire

sauter10.gif

Tu es un personnage étonnant Balthazar -j'avoue m'interroger sur le bris d'anonymat
sans vouloir me poser en censeur...aargh !!!
en oubliant pas l'adage personnel délivré à moi même (j'ai pas eu de souci avec ce principe - c'était grâce au ciel
assez naturel chez moi, la valeur m'ayant permis de décrocher étant en premier lieu celui de la liberté)...
et c'est bien parce que les étapes et les traditions adhéraient pleinement à ce concept
que même allumée comme je l'étais à l'époque - ça m'a tout de suite accroché.
Balayer devant sa porte: j'y ai pour ma part fort à faire...

Bon rétab

6879fb11.gif

Dernière modification par sassandra (15 11 2016 13:07:16)

Hors ligne

#18 15 11 2016 22:32:35

naïs
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Je ne sais pas ce que je vais découvrir mais tout est une affaire d'expérience de vie, et chacun a la sienne !

De temps en temps le passé revient, mais ce n'est qu'un passager, et justement, il est descendu sur ce post, et il va y rester car le train n'attend pas, et je repars avec.
Donc, cette petit métaphore pour vous dire que je raccroche des mots car je suis pressée de vivre, à regarder tout ces paysages qui défilent.
Et puis, je vais prendre quelques petites vacances hors des salles que je fréquente depuis une vingtaine d'année.
Je ne leur ais pas dit au-revoir, je n'ai pas osé, ils n'auraient pas compris, et ce genre d'adieu (c'est seulement bien dans les films, et encore !)
Merci pour tout, pour cette deuxième chance qui m'a été donnée.
Et au cas où, je connais le chemin des salles.
Un grand hug à vous et à cette magnifique aventure.

Hors ligne

#19 16 11 2016 05:17:21

sassandra
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Bonjour nais...

Quitter les salles - ce que j'ai fait...
Il y a eu un moment ou la décision s'est imposée
Le groupe que je fréquentais avait suffisamment de membres et l’accueil du nouveau ne posait aucun souci..
Par contre très peu de travail sur les étapes et traditions
Pas une critique il y avait toujours des nouveaux

Cette décision s'est imposée
D'abord ma famille est truffée de dépendants
J'avais subi cela dès mon plus jeune âge et je me suis dit
qu'il me fallait passer à autre chose.

Je n'ai jamais quitté le programme.
Actuellement j'ai la sensation de devoir laisser germer
toutes ces lectures et expériences "pour avancer".

Tu as raison : c'est une aventure
J'ai lu que beaucoup de spiritualités préconisent
"de casser les habitudes" pour progresser
Je le conçois très bien : la routine n'est en rien un facteur d'amélioration
En tout cas pour ma part

Bon rétab....

Dernière modification par sassandra (16 11 2016 05:19:43)

Hors ligne

#20 17 11 2016 16:07:55

naïs
Membre

Re : Il suffit d'y croire

C'est exactement ça, et merci Sassandra.

Concernant le post  de Balthazar avec  tous ce déballage de la vie privée de ces personnes, je trouve cela très "bas de gamme".
Et si la prochaine salve épistolaire est en ma faveur, je serais très honorée de me placer du côté de ces personnes qu'il cite, et dont j'ai pas bien suivi tout le fil de ces existences.
Bon, il faut dire que dans la presse people, les ragots sont plus croustillants.
Et comme, j'ai donné matière en parlant de mon vécu, il aura de quoi faire...
En ce sens, j'encourage l'écriture, et toute l'énergie qu'on peut y apporter.
Et pour ma part, je n'alimenterai plus en répnse ou en plus de commentaires un échange avec ce Monsieur Balthazar car nous n'avons visiblement pas les mêmes attirances existentielles.
Merci aux autres de me laisser régler mon petit problème personnel.
Bonne 24 h. et Big hug

Hors ligne

#21 18 11 2016 07:30:49

sassandra
Membre

Re : Il suffit d'y croire

L'anonymat étant la base fondamentale des traditions
et sans tradition pas de mouvement et de groupes tenant la route..
C'est aussi simple que ça et valable pour toutes les fraternités 12 étapes.
Quant à la fraternité anonyme et internet
un groupe reste un groupe qu'il soit virtuel ou pas
tant que le message est diffusé
C'est en tout cas une réponse qu'on m'avait donné
lorsque j'avais fait des recherches à ce sujet
et cela m'avait paru plein de bon sens

Je n'ai personnellement pas de souci avec mon passé
et si j'en ai avec mon présent , j'essaie de me servir de 
la boite à outil fournie par les douze / douze : ça fonctionne.
En m'approchant de l'age senior , je me rends compte
que ma vie est devenue extrêmement  simple et tranquille
malgré les vicissitudes décrites ci-dessus
avec lesquelles ,un de mes souci est d'y appliquer le programme
Du mieux que je peux - comme je peux un jour à la fois quand j'y pense - rien n'est jamais acquis
voilà pourquoi je côtoie les forums :
je suis multi dépendante et donc multi cartes
L'écriture utilisée à bon escient est un excellent outil :
et que cela plaise ou non , j'ai vu des dépendants s''en sortir par forums annymes
véhiculant la déontologie adaptée
bien que il se seraient donnés plus de facilités en cumulant
ceux ci avec les réunions...Ya pas photo

j'avoue rester sur ce post, m'y sentant en sécurité
en tant que dépendante bipolaire fragile et hyper fragile.
Il suffit d'y croire.

Dernière modification par sassandra (18 11 2016 09:33:57)

Hors ligne

#22 18 11 2016 19:45:45

sassandra
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Je ne voudrai pas encombrer le post
mais voilà : une vulgaire histoire de ressentiment
au sujet d'une chatte mal soignée (surdosage de médocs)
j'ai lu - de mémoire : " nous essayons d'identifier au cours de la journée
nos mauvais sentiments et quand ça arrive nous essayons de les partager immédiatement..

Prière de la sérénité en boucle
téléphone et écriture

PS ;, je sais que tu n'es pas le supermarvhé des demandes
mais perso j'aimerais arriver à te remettre
ce p...de sale sentiment -  poison de l'âme

3-Nous avons décidé de confier notre volonté et notre vie aux soins de Dieu tel que nous Le concevions
et si nous n'y arrivons pas on nous suggère de "faire comme si".
J'avoue que à certains moment de mon histoire de dépendante anonyme
la relation avec ma ps semblait évidente
actuellement elles est devenue comme "mécanique"
bien que je puisse constater "les bienfaits prodigués" régulièrement dans ma vie de tous les jours..

Hors ligne

#23 19 11 2016 19:11:48

Balthazar
Membre

Re : Il suffit d'y croire

1) On est d'accord que l'émoticône : c'est l'avenir...

Mais parfois, il conviendrait d'y joindre son nom quand on l'utilise,
et de l'insérer dans un texte où il fait sens.
Alors, comme je ne suis pas totalement manchot,
j'ai cherché sur internet, et trouvé :
"Hypothèse la plus probable pour cette image : zen emoticon"
Je trouve pas qu'il ait l'air très "zen",
on dirait plus qu'il se retient d'éclater de rire, qu'il trépigne ou trésaille...

2) Pour ce qui est d'un "bris d'anonymat" par vous 2 évoqué,
et dont j'aurais été l'auteur, quant aux 'secrets' des autres à vous croire...

Que mon ex-parrain ait eu une dizaine de relations affectives de courtes durées après son divorce,
qu'il ait été en couple pendant près de 2 ans,
puis ait voulu former une famille composite avec encore une autre femme,
et que cette entreprise ait encore capotée :
relève du domaine public.
Je n'ai pas eu connaissance de ces informations en réunion spécialement.
Il n'a jamais fait mystère de ses fréquentations,
qu'il voyait dans dans l'espace public,
et autres lieux de consommation ouverts.
C'est d'ailleurs par personnes interposées hors NA
que j'ai appris, par hasard, son dernier naufrage.

Idem pour le fait que l'autre ait envoyé ses gosses à l'armée dès leur majorité.

3) De l'expérience passé à NA.

Je ne savais pas que d'énoncer mon temps de présence dans la fraternité,
qui semblait nécessaire pour la compréhension du sujet dont je dissertais,
pour qu'un lecteur de passage puisse mettre en perspective
et mesurer la profondeur du lien qui m'unissait à cet homme,
(car finalement, cette rupture a été comme de tuer le père pour moi)
je ne pensais pas, donc, que de dire j'ai 10 ans clean et 15 ans de réu dans les pattes,
déclencherait immédiatement la réplique :
"hé bien moi j'en ai une vingtaine, nananère!"

4) S'agissant de l'assiduité aux réunions futurs

Je constate que le hasard nous a réunis,
et que nous avons ce point commun :
nous rendons grâce au programme de nous avoir rendu à la vie,
de nous avoir donné les fondamentaux d'une éducation,
et pourtant, il nous semble que pour progresser encore plus,
nous avons sincèrement besoin de quitter les salles.
Ce n'est point par fainéantise,
ni comme on rechuterait, par faiblesse,
que vient cette décision...
Je parle pour moi bien sûr.
Car c'est déjà fait.
Depuis 5 ans environ,
depuis que j'ai été chassé comme un jeune lion trop ambitieux,
je me sens de mieux en mieux.
Parce que l'on me reprochait en salle,
d'outrepasser le cadre,
de ne pas me contenter de parler des produits modifiant le comportement,
mais d'inclure dans mes partages :
les questions affectives, de dépendances sexuelles, ou porno.
Je le faisais parce que j'étais aux prises avec ces "autres domaines de la vie",
que cite le basic, et qu'il nous est suggéré aussi de rétablir.

5) Partir, mais pourquoi ?
J'ai quitté des salles qui étaient trop petites pour moi,
et où les 2 principaux membres exprimaient un raz-le-bol devant des problématiques,
qu'ils ne souhaitaient pas aborder, ou alors, pas en réunion dans le cas du parrain...
Hélas, même ce dernier ne m'a pas suivi lorsque j'ai entamé des réunions DASA,
avec un membre des AA, et une ancienne amie.
Ces 2 autres personnes n'ayant pas accrochés,
et vu que le projet, par son intitulé ne serait-ce,
avait effrayé nos soutiens habituels pour la fourniture d'une salle,
cela n'est pas allé au-delà de quelques séances.

C'est là que je rends hommage à mon ex-parrain.
Il a su bâtir une réunion, et tenir, même lorsque cela battait de l'aile,
et servir avec constance et dans la durée.
Je suis peut-être trop égoïste,
ou moins dans la nécessité d'aller trouver autrui,
ou alors promis à d'autres missions,
et qui ne s'accommodent plus des 'basses oeuvres'
ainsi qu'injustement dénommées.

J'apprends les langues (je pourrais le faire au travers d'NA me direz vous),
mais surtout la culture et les sciences, occupent tout mon temps,
le travail est le reste de ma vie, et qui s'insère dans un chemin d'accomplissement personnel.

Je crois que j'ai fini par devenir : INdépendant.

6) Partir, mais pour aller où?

Par delà les arbitrages opérés par chacun,
la question me paraît toujours être celle des motivations.
Les miennes sont ici exposées.
Loin de moi de dire à la place de mon prochain ce que sont les siennes.
En revanche, je juge au résultats, mais sur le long terme,
et en incluant de nombreux critères pour que l'évaluation soit globale et riche.

Au fond, lorsqu'on prône un changement radical,
ce qui importe est d'avoir un contre-projet crédible.
Moi, j'avais des plans, des idées, et les desseins plus exigeants que j'avais,
se sont réalisés, et se poursuivent, dans une direction favorable,
et à un plus haut niveau.
J'en était pas mon premier coup d'essai,
j'avais déjà imaginé une stratégie pour sortir des médicaments neuroleptiques,
accompagné par les médecins, accoudé aux activités sportives, voire religieuses,
et là aussi, je m'en passe depuis 7 ans, et vous voyez que je suis pas si perché que çà!

Sans rancune, mais sans concession, ni complaisance.

<<<Big Hug>>>

PS : que NA ne soit pas un réceptacle où atterrissent tous les fracassés de la conso,
        qu'il y ait une issue, aussi étroite soit elle, même de ces lieux de rédemption,
        c'est peut-être la preuve que le programme finit par libérer même du programme.

AVERTISSEMENT : cela dit, je le fais pour moi, mais je ne recommande à personne :
                                      de prendre le risque de cette séparation.

Hors ligne

#24 20 11 2016 07:56:58

sassandra
Membre

Re : Il suffit d'y croire

Bonjour

je ne connais aucune des sommités NA :
je m'en fiche un peu -  (beaucoup)
Je ne peux m'empêcher de penser
en lisant "jeune lion"?  est qu'il es plus adapté
de faire ses armes dans la rue ou les cités
pour être un "vrai lion" - je passe le bisnes et son "show""
ainsi que finance internationale
que je ne connais pas..

Mais nous voilà de  nouveau en eaux troubles
c'est usant

Dernière modification par sassandra (20 11 2016 08:21:25)

Hors ligne

Pied de page des forums