Forum de discussion Narcotiques Anonymes

Les propos échangés sur ce forum sont l'expression d'individus. Ils ne représentent ni n'engagent, en aucun cas, Narcotiques Anonymes.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Tout contributeur s'engage à respecter la charte des utilisateurs du forum de discussion, le guide de bon usage du forum et la netiquette.

#1 05 05 2017 19:26:23

Kody526
Nouveau membre

Présentation

Bonjour à tous,

Je m'appelle Pierre, je suis dépendant à l'alcool et aux opiacés.

Je vais en reunion sur Paris depuis une semaine quasiment tous les jours. J'ai un peu peur de partager, car mes pensées sont toujours hors cadre du sujet de la réunion. Je vous avoue que ça me terrorise un peu, alors que dans le même temps je fais de la photographie dans des conditions particulièrement dangereuse. Je ne comprends pas trop.

Je suis en sevrage aux opiacés depuis trois, quatre jours. Je crache mes morts. En ce qui concerne l'alcool je suis dans ma quatrième semaine. Cela se passe plutôt bien.

Mon chat me permet de tenir, c'est ma merveille. Si vous voulez c'est comme mon Dieu. ? Le seul être vivant à qui je voué un véritable culte.

Je trouve formidable que la technologie internet puisse permettre aux dépendants de pouvoir discuter ensemble, mais aussi de chercher le chemin de la liberté.

Ce sera avec joie que je vais pouvoir discuter avec vous. Le programme m'intéresse, j'aimerai le commencer, mais surtout le comprendre et me comprendre par la suite.

Fraternellement.

Hors ligne

#2 06 05 2017 06:36:09

lucky
Membre

Re : Présentation

bienvenue chez toi  continue va en réunion prend des n° de tel et reste accroché au programme un jour à la fois


(((((((( Big Hug ))))))))

Hors ligne

#3 06 05 2017 06:58:48

nam
Membre

Re : Présentation

Bonjour Pierre
Bienvenue à NA et bienvenue sur le forum
Bravo pour ton abstinence et ta démarche de rétablissement
si tu souhaites commencer le travail d'étapes (programme NA), je te suggère de chercher un parrain, pour t'accompagner dans ce "travail"
Même si tu n'oses pas parler en réu, le fait d'y aller et d'écouter, ça peut déjà beaucoup t'aider et te permettre de rencontrer d'autres dépendants et peut-être ton futur parrain?
Bon courage à toi et n'oublie pas, c'est un jour à la fois!


"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux"

Hors ligne

#4 06 05 2017 10:02:18

Kody526
Nouveau membre

Re : Présentation

Bonjour,  merci de m'avoir répondu.

Je vais en réunion pour écouter d'abord pour écouter les "partages" auxquels j'essaye de m'identifier, ce qui est vrai sur l'alcool et les opiacés. Je cherche dans un premier temps de comprendre comment je suis en arriver à cette situation "catastrophique". Je comprends pas comment j'ai fait pour tomber dans les opiacés. En effet, j'ai eu toute la prévention impossible et inimaginable dessus de la part d'anciens toxicomanes. J'avais les cartes en main pour ne pas tomber dans la drogue, mais j'y suis retombé.

Comme je l'expliquais, j'ai peur de partager en public, mais j'arrive à couvrir des manifestations violentes comme celle du premier mai, tout en ayant une dose d'adrénaline importante. Ce qui est ironique, c'est que les réunions ne sont pas dangereuses, même au contraire, c'est réconfortant. Alors que la couverture de différents évènements met en danger notre propre intégrité physique ... pour avoir le cliché qui circulera.

Je me souviens des mon premier manque de codéine c'était au moment de mes dents de sagesse. J'ai pris très peur ce jour-là. Je n'ai pas compris ce qu'il se passait. C'est un ami toxicoman qui m'a expliqué qu'il s'agissait d'un syndrôme de manque. Puis, j'ai oublié ma dépendance avec le temps. Puisque je consommais très peu, il faut dire.

Entre temps, j'ai eu un mal de dos important. J'ai vu les effets de la dépendance sur une période d'un mois et demi. J'ai commencé à augmenter les doses du traitement de manière empirique. Le surdosage ne faisait plus d'effet sur la lordose. A tel point que lorsque je suis tombé dans le tramadol,  j'en prenais jusqu'à un gramme par 24h00. Mais, ce n'était jamais assez, j'avais envie de dire au médecin d'augmenter continuellement les doses. Ce dernier refusait, ce qui me créait une frustration importante. Le mal de dos ne fonctionnait pas. J'ai eu aussi du Lamaline que je prenais en "per os" ou je le fumais pour avoir uniquement l'effet des opiacés dans le corps.

Je crois que c'est la que j'ai recompris ma dépendance. Quand on sait qu'à ce niveau là, les personnes font souvent des overdoses. Mécaniquement, je constate qu'il s'agissait de monter toujours plus loin dans les doses. Un peu c'est trop. Trop c'est toujours trop. Le cercle infernal de la dépendance en somme.

Récemment, j'ai eu une cervicalegie (avec les mêmes symptômes qu'un infarctus du Myocarde) dans le cadre de mon travail. Je suis soignant, je fais régulièrement des vacations dans des maisons de retraite, avec une spécialisation sur les maladies dont les personnes ont des troubles cognitifs (Alzheimer, Parkinson, etc.). Le médecin m'a prescrit de la codéine, car j'avais refusé la morphine. J'ai pris très peur sur la question, je me suis demandé ce qu'il se passait si je faisais un saut d'un pallier à un autre, mais aussi l'augmentation du syndrome du manque.

Depuis, j'ai des sensation de manque par phase de "pique". Je suis en colère contre le médecin, mais aussi contre moi-même. Je savais qu'il s'agissait du poison, qu'il ne fallait pas en prendre, pourtant j'en ai pris.  Il faut dire que je faisais des mélanges avec l'alcool, ce qui augmente les effets des opiacés notamment le tramadol ou la codéine.

En ce qui concerne, l'alcool, je me rends compte qu'il y avait l'effet meritocratique de la journée de travail. Mais aussi, je m'en suis servis comme antalgique, anxiolitique, et bien d'autres effets ... Au final, je buvais quasiment tous les jours. Parfois, j'avais des pulsions, je ne savais pas m'arrêter. Ce qui m'a fait prendre conscience, c'est un état pré-comatique, il y a six semaines.

Je viens au réunion, cela me fait du bien de savoir que je ne suis pas seul, j'entends beaucoup de "partage", de "témoignage" auquel je me reconnais. Je fais des recherches aussi à côté pour tenter de comprendre. Je suis un peu dans le vide depuis que j'ai arrêté les produits toxiques. Je fais un travail qui consiste à soigner les autres, je donne beaucoup de mon temps pour les autres, mais souvent j'en oublie de me soigner moi-même.

Dernière modification par Kody526 (06 05 2017 11:15:32)

Hors ligne

#5 09 05 2017 08:30:50

nam
Membre

Re : Présentation

hello Kody526
merci pour ton partage...bienvenue chez les dépendants!
En début de rétab, je me posais beaucoup de questions sur le pourquoi....
Aujourd’hui, je suis concentrée sur le comment, comment je vais me sortir de cela, comment je vais arrêter de souffrir, etc....
A NA, nous avons plein d'outils pour répondre au comment: les réus, les namis privilégiés (des dépendants avec qui tu peux partager quand ça va pas), le parrain, les étapes, la littérature, le service...
Je te souhaite bon courage, accroche toi
Big Hug


"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux"

Hors ligne

#6 10 05 2017 16:29:35

Kody526
Nouveau membre

Re : Présentation

Merci Nam pour ton message.

Comme tu le dis, je me pose la question du "comment" je suis arrivé jusque là. Je ne pense pas qu'il s'agit d'un accident de parcours ou autre, mais une expérience qui m'attendait et qui me tendait la main.

J'essaye de tenir le rythme des 90 réunions / 90 jours. Même si dans mon emploi du temps, certains jours ne sont pas possibles. J'espère pouvoir trouver un parrain, mais j'ai l'impression que cela va prendre longtemps avant de le trouver. Je suis déterminé à aller en réunion aussi longtemps qu'il le faudra. J'essaye de m'accrocher aux différents wagons. Je me sens tout de même un peu perdu.

Je me suis fait aspirer dans quelque chose que je ne maîtrise pas. J'avais une dépendance avec l'alcool que je maîtrisait en apparence, alors que les opiacés je tentait de les fuir comme la peste. Aujourd'hui, je pense que je suis dans le déni sur l'alcool, alors que j'arrive à tenir plus trente jours d'abstinence face à ce produit. Dans le cas des opiacés, je suis à mes neuf jours. J'entends dire c'est jour après jour que le travail se réalise. En ce qui me concerne, c'est plutôt d'heure en heure. Je crois que c'est vraiment le plus grand défit que l'on m'expose.

Ma consommation n'a jamais vraiment eu de conséquence importante voir gravissime, mais assez pour me rendre dépendant. Je pense qu'il s'agit d'un déni.

J'admets aussi que je me sens vraiment déprimé depuis deux bonnes semaines. J'espère que cela ne cache pas une dépression nerveuse. Je n'ai plus aucun repère. Mes journées ne riment quasiment à rien, je ne sais même plus pourquoi j'étudie, ou que je travaille, puisqu'à la fin, je n'ai aucun fruit de la dure labeur que j'ai faîte. J'ai l'impression de me retrouver dans mes années de collèges et de lycées avant je connaisse tous ces produits où j'ai passé des années seuls, sans camarade, en cultivant une profonde colère des autres, du fait de leur rejet. L'isolement principal vient de là. Cette maltraitance m'a créé des réflexes qui nient l'extérieur, avec un repli sur soi-même pour se protéger des agressions du monde extérieur. Ce sont des années terribles, des peurs, des craintes qui ressurgissent petit-à-petit dans ma pensée.

Je me retrouve dans une sensation de vide, de ne plus savoir quoi faire, je me sens entièrement perdu. La question de l'isolement intervient à ce moment où si de base je me sentais isolé, la question de l'isolement augmente de jour en jour. Je constate un important repli sur moi, que cela soit dans les réunions, dans mon travail (je suis en stage, je sens les effets du sevrage, mais aussi du changement d'habitude concernant mes humeurs). Je commence à avoir de plus en plus peur de la foule. Tout cela m'inquiète, je pensais pas les conséquences de la dépendance pouvaient nous emmener si loin.

J'entends beaucoup les témoignages des uns et des autres. Je vous admets que me suis pris la plus grande claque de ma vie en deux semaines. J'ai plus de facilité pour écrire sur internet que pour discuter dans les réunions. C'est aussi une des formes du "repli sur soi" qui est largement expliqué dans les réunions. J'ai pu prendre quelques numéros de téléphones, mais je crois que ce n'est pas suffisant.

Les étapes me paraissent abstraite, je ne crois ni en une "puissance supérieur", ni un "Dieu". Je me sens profondément athéiste. Alors, j'ai l'impression de me retrouver face à quelque chose que je ne maîtrise pas. On m'a déjà parlé de considérer "mon chat" comme le fait de le transformer en une certaine forme de divinité, mais le chat a existence qui n'est pas éternelle. Why not ?

Hors ligne

#7 11 05 2017 07:59:01

lucky
Membre

Re : Présentation

bonne journée prend soin de toi


(((((((( Big Hug ))))))))

Hors ligne

#8 02 06 2017 15:29:38

Kody526
Nouveau membre

Re : Présentation

On m'a beaucoup parlé de faire une cure pour me sortir de ma situation. Mais, je crois que si l'on m'empêche d'être avec mon chat, la vie va s'arrêter brutalement. Mon chat est une partie de moi. Quand je regarde ma boule de poil, que j'ai éduqué et que je vais vu grandir. Le problème, c'est qu'aucune cure n'accepte les animaux (pour des raisons d'hygiène, j'imagine). Ainsi, je suis obligé de me battre comme un warrior, puisque je suis obligé de faire une croix sur la cure. J'en aurai besoin, mais d'abord, il faut que je fasse un vrai travail étape par étape sur moi et mon chat.

Je commence à faire des réserves en terme de produits stupéfiant, alors que je n'ai aucun argent comme la cocaïne. La vie est belle, mais sans alcool, je n'arrive pas à trouver le même plaisir sans alcool.

Bref, faut que j'accroche à fond, le programme et que je commence à vivre une vie de moine. Loin de toute cette merde.

Hors ligne

#9 04 06 2017 07:40:25

nam
Membre

Re : Présentation

Quand j'ai arrêté de consommer, je croyais que je n'allais plus jamais m'amuser, que j'allais rentrer au couvent.... en fait c'est tout le contraire!
Les animaux, c'est comme les enfants, ça peut se faire garder, il te remerciera plus tard vu que tu seras différent, les animaux ressent nos malaises encore plus fort...
En attendant la cure, tu peux déjà aller en réunion....

Bon courage Kody


"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux"

Hors ligne

#10 12 06 2017 13:47:00

Rêv'O
Membre

Re : Présentation

Bienvenue Kody,
On à tous de bonnes raisons de ne pas faire de notre rétablissement une priorité...
merci pour ton message qui ramène à l'essentiel : s'occuper de soi
j'ai commencé à me rétablir en province et je suis allée à Paris faire une réu par jour.
j'ai laissé ma famille, mon travail...
Aujourd'hui je vais bien, je peux être une personne fiable et j'ai des relations saines.
pour moi ça "marche", je te souhaite ce que j'ai trouvé dans NA
Bonne route sur le chemin du rétablissement

Hors ligne

Pied de page des forums