Forum de discussion Narcotiques Anonymes

Les propos échangés sur ce forum sont l'expression d'individus. Ils ne représentent ni n'engagent, en aucun cas, Narcotiques Anonymes.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Tout contributeur s'engage à respecter la charte des utilisateurs du forum de discussion, le guide de bon usage du forum et la netiquette.

#1 02 01 2019 00:19:39

Clara D
Nouveau membre

Benzodiazépine Lorazépam : comment se sevrer déjà ?

Bonsoir, bonjour,

Je fréquente les AA depuis + de 7 ans et ça marche J'ai dû suivre une cure de desintox en hôpital et direct réunions Ça a marché !
La clope c'est ok depuis plus de 15 mois grâce aussi à un groupe d'entraide en ligne, notamment

Seulement voilà, reste le GROS morceau : un benzo, le Temesta (appellation différente selon pays Lorazepam ou encore Ativan)
le seul qui m'a soulagé ... les premières années

Bref historique : suite à deux DM (dépressions majeures), prescription de ce benzo ...  Aucune mise en garde ... les difficultés de s'en passer un jour, par ex
Clair que je voudrais  m'en défaire aujourd'hui mais n'y arrive pas Aucun protocole!
Les même toubibs qui me les ont prescrits il y a bien + de 10 ans, ne sont pas capable de me donner des indications correctes et sans danger pour les arrêter
"Vous parviendrez peut-être à  diminuer de moitié, + je ne crois pas" La diminution conseillée était bien trop rapide a été désastreuse
Un autre avis : genre "protocole où au départ jouer entre le Lorazepam et Valium jusque plus que de valium puis plus rien
Problème, ce benzo impossible de le supporter : 'effet paradoxal du Valium dès la première prise ... je suis agitée et c'est insupportable
J'ai commencé il y a 10 mois à diminuer de manière bien + lente ... mais il m'arrive depuis trois mois de  reprendre la dose supérieure quand trop insupportable (sans grand effet ... juste un poil)
Jusqu'il y a peu, je reprenais la dose à laquelle j'étais parvenue le lendemain

Je suis en ce moment en dépression (espérant ne pas descendre comme autrefois en DM mais je me sens sur le fil)
La reprise occasionnelle supérieure  est  de + en + rapprochée et le double parfois de ma dose initiale quand souffrance insupportable, car insomnie sur insomnie, fatigue évidemment physique et mentale
Je me sens hyper fragile et grande difficulté émotionnelle aussi avec autres personnes Je m'enferme de + en + chez moi, ne sortant que pour qq courses et réunion AA (même là, je ne parviens plus à en profiter cause fatigue et trop mal pour me mettre dans le programme alors qu'auparavant, j'avançais plutôt bien ... )

Là je suis à bout C'est le cercle vicieux


La raison : je connais aujourd'hui les effets paradoxaux de cette saleté prescrite par généraliste et psy privé ou en hôpital
Aujourd'hui, je vis les difficultés du long terme de consommation :  mémoire défaillante, insomnies(?), dépression (?), paranoïa (ou y ressemble), en décalage ...

Une question aux NA ?

Comment les Na peuvent-ils m'aider si physiquement déjà, je ne parviens à être abstinente médoc' ?

Quelqu'un(e) d'entre vous a-t-il trouver une porte de sortie ?

Merci de ma lire
et courage à vous toutes et tous

Hors ligne

#2 02 01 2019 10:28:24

joël de montpellier
Membre

Re : Benzodiazépine Lorazépam : comment se sevrer déjà ?

va en réunion

Hors ligne

#3 13 01 2019 21:47:54

Clara D
Nouveau membre

Re : Benzodiazépine Lorazépam : comment se sevrer déjà ?

c'est fait !
L'on aborde pas le sevrage physique !
vous n'êtes peut-être pas concerné par ce produit où la substitution avant arrêt n'existe pas
c'est pourquoi je suis ici
alors
je refais ma demande si quelqu'un a trouvé une façon de se sevrer physiquement; il n' y a pas de protocole type !
certain(e)s ont peut-être un moyen (non dangereux comme j'ai pu le faire comme d'autres) 
merci de relire et lire ceci

Hors ligne

#4 14 01 2019 08:51:59

joël de montpellier
Membre

Re : Benzodiazépine Lorazépam : comment se sevrer déjà ?

continue d'aller en réunion

Hors ligne

#5 14 01 2019 10:49:34

Clara D
Nouveau membre

Re : Benzodiazépine Lorazépam : comment se sevrer déjà ?

Mais mon gars,je continue les NA comme réunions AA - le programme de rétablissement est pareil, tu dois le savoir ... ou pas
Mais pour le programme de rétablissement puisse marcher, le SANS produit est évidemment indispensable
C'est que j'ai pu faire avec l'alcool via une cure en hôpital (avec toute les précautions d'usage comme éviter le délirium tremens que j'aurais probablement fait avec dégâts sans ce suivi)
Sevrage alcool n'a rien à voir avec sevrage physique de benzos ou autres médocs
Avec les benzos, je ne le suis pas abstinente, je diminue le dosage comme je peux ...  il n'y a de cure ni protocole sérieux J'en ai déjà fait les frais Documentes toi
Je RÉPÈTE une dernière X, si je suis ici c'est pour avoir des expériences ou astuces pour le physique D'autres membres sur ce site sont peut-être passé à travers
Et clair que les réunions pour moi, c'est à vie, ce qui ne me dérange absolument pas

Si c'est pour laisser les mêmes mots, laisse tomber Si tu n'es pas concerné par cette problématique, pareil !



Si c'est pour me répondre cela à chaque x, tu es désormais à côté de ma préoccupation

Hors ligne

#6 16 01 2019 07:14:00

joël de montpellier
Membre

Re : Benzodiazépine Lorazépam : comment se sevrer déjà ?

c'est en allant en réunion NA que j'ai diminué ma consommation de produits et que finalement j'ai tout arrété

Hors ligne

#7 16 01 2019 07:28:45

lucky
Membre

Re : Benzodiazépine Lorazépam : comment se sevrer déjà ?

en allant en réunion je me suis rétablis et physiquement  mentalement suis toujours en vie va en réu prend sin de toi


(((((((( Big Hug ))))))))

Hors ligne

#8 31 03 2019 10:41:41

Contrebasse
Membre

Re : Benzodiazépine Lorazépam : comment se sevrer déjà ?

Bonjour Clara,
Bravo pour ta decision d'arrêter les benzo. ça n'est pas quelque-chose de facile mais si tu le fait progressivement en discutant bien avec ton médecin (et en allant en réu wink alors c'est possible !
Et ça te change la vie. C'est surtout de l'extérieur que les gens te trouverons changée, plus lucide, plus vive, etc..
Je ne sais pas où tu en est dans ton processus d'arrêt, mais je viens te dire ici que c'est possible, qu'il y a des protocoles (manuel Ashton) et que je suis passé par là moi aussi.
Je suis donc passé par une dépendance à une dose très importante sur une péroiode très longue (plusieurs dépendances successives mêmes, à différentes molécules de benzo sad  ).
Et à vrai dire parmis toutes mes dépendances à différentrs produits, celle au benzos a été l'une des plus difficile sinon la plus difficile à arrêter (et je ne vais pas te faire ici la liste de mes dépendances successives, mais crois moi elle est longue !).

La bonne nouvelle donc c'est que je suis passé par là et que je suis prêt à en discuter avec toi.
D'abord ton médecin t'as certainement passé du Temesta (demie-vie courte) au Valium (demie-vie longue) car c'est une des premières étapes du protocole de sevrage. Ce n'est peut-être pas obligatoire mais conseillé par le corps médical. ça doit avoir ses avantages que je ne suis pas en mesure d'évaluer personnelement, mais que je comprends bien théoriquement. Après il y a ta réaction personnelle au nouveau médicament qui est importante (à voir avec ton médecin).

Je te mets le manuel du Dr Ashton ici : https://www.benzo.org.uk/freman/index.htm

Je dois y aller pour le moment mais on pourra échanger de nouveau à ce sujet, et je pourrais même te donner quelques techniques de sioux.
Effectivement les benzos facilitent l'apparition de dépressions.
Je ne sais pas si mon message va être modéré alors je ne veux surtout pas te donner de conseils trop médicaux, mais en même temps tu as m'air d'en aoir marre. Et mes médeco=ins comme tu l'as dit ne nous mettent pas suffisament en garde (ça dépend lesquels) mais en général c'est Renouvellement, Renouvellement, Renouvellement !
Parfois, je me dit qu'il ne faut pas leur en vouloir car ils ont appris à fonctionner comme ça. C'est nous qui sommes dépendant.
La prescription de médicaments apparait trop souent comme leur seul levier d'action, et c'est vrai qu'au début ça soulage... Mais ensuite, quel piège ! Quelles conséquences !

Je ne saurais que trop te conseiller de te rapprocher d'un addictologue compétent et qui te conviendra. LA route est parfois longue mais ça en aut la peine !

Il existe plein de façons d'arrêter. On pourra en parler.
Déjà maintenant tu as le manuel,
L'envie,
Et le groupe (différents groupes peut-être ?)
Bien amicalement,
à plus tard pour des nouvelles
L'important c'est d'être bien entouré.

Hors ligne

Pied de page des forums